snippet here. --> Une Rentrée sereine malgré les imprévus - L'Enfance en Confiance

Une Rentrée sereine malgré les imprévus

Partager sur facebook
Partager sur email
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur google

Youhouh !!! C’est la Rentrée !!!

 

Et oui, chez moi,  c’est une fête, un nouveau commencement, une avancée dans la Vie de mes Loulous … Mais, pas seulement !!

La Rentrée c’est aussi celle des parents !

Pour moi, c’est un peu comme le nouvel an avec des envies de meilleures organisations, de nouveaux objectifs à atteindre en perso comme en pro …

 

Mais parfois, tout ne se déroule pas comme on s’y attend. Cette année (2020), cette rentrée est un peu plombée par le contexte sanitaire et la crise qui va avec mais, malgré tout, chez moi, la fête est toujours au RV !!!

Tu as peut-être l’impression de vivre un cauchemar, un tourbillon à chaque rentrée ?! C’est peut-être pour toi l’enfer de devoir :

 

·        Tout réorganiser en casant les activités extra-scolaires, les suivis thérapeutiques dans un emploi de temps digeste pour tout le monde ;

·        Retrouver ce tourbillon de vie à un rythme effréné et épuisant ;

·        Jongler entre les différentes écoles et modes de gardes de tes enfants ;

·        Faire comprendre à ton employeur que : non, ce n’est pas lui qui passe avant (bien que tu sois hyper-investi(e) dans ton travail) mais bien tes enfants quoi qu’il en pense ;

·        Trouver un moment (voire même plusieurs !!) rien que pour toi et ton couple …

Petit Rappel du B.A. BA

Un petit rappel du B.A. BA de la Rentrée peut toujours t’être utile :

 

·        Faire reprendre quelques jours avant la rentrée, un rythme de couchers de plus en plus tôt aux enfants ;

·        Avoir pensé à faire les courses des fournitures en ayant recyclé le matériel scolaire qui pouvait encore servir (par exemple : les crayons de couleurs, les feutres, la trousse, le cartable, classeurs et cahiers qui peuvent faire l’affaire plusieurs années voire tout un cycle scolaire !) ;

·        Avoir fait le tri des fringues et avoir acheté ce qui manque pour au moins le début de l’automne (pluie, froid) ;

·        Avoir tout étiqueté au nom de ton/tes enfant(s) pour tout bien retrouver ;

·        Préparer les affaires la veille ;

·        Avoir bien rangé ou réaménagé l’espace de travail

Sauf que parfois … On n’a pas réussi à tout bien gérer ou les surprises de dernières minutes s’enchaînent … Comme pour moi, je te raconte ma Super Horrible Rentrée :

En septembre 2019, mon fils (13 ans) devait être pris en charge par un ITEP (Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique), c’est pour les enfants souffrant de difficultés psychologiques dont les manifestations perturbent l’accès aux
apprentissages et les relations sociales).
Eh oui, si tu me suis, tu sais pourquoi
sinon, clique-là pour en savoir plus !

 

Bon revenons à nos moutons … La rentrée disions-nous ?!

Celle que j’ai vécu en 2019, n’aurait pas pu être plus déroutante et agaçante !! Je me suis présentée à l’ITEP le jour de leur rentrée en pensant que mon fils serait pris en charge là-bas toute la journée … Il est finalement reparti avec moi, son emploi du temps au collège en poche.

Le lendemain, c’était la rentrée du collège. On lui annonce un autre emploi du temps … Le surlendemain, il a atterri dans une autre classe pour que ce soit compatible avec ses séances à l’ITEP qui n’était pas très proche … Pour un enfant qui est émotionnellement en difficulté, Extra !! cocktail gagnant !! … ça n’était pas du tout aidant !!

Au final, il a été plus facile de le faire changer de collège (celui en face de son ITEP) pour qu’il puisse être bien pris en charge.

Bref, le Bordel que personne n’avait soupçonné !!! Je ne jette la pierre à personne. Mais, c’était juste terriblement stressant et déstabilisant pour mon fils et pour moi !

10 Clés pour garder le Cap

Alors que faire quand tout ce qu’on a prévu est chamboulé, quand les repères explosent ?

Je vais te donner mes 10 astuces pour vivre une rentrée sereine malgré les surprises de dernière minute !

Tu as le sentiment d’être en permanence dans le stress 

face aux réactions de tes enfants ?

 

 

 

1.     Respirer et se rappeler que « Tout est toujours parfait ! » … Si, si, je t’assure même quand on ne voit pas bien ce que ça va nous apporter et qu’on ne voit que les côtés négatifs … Tout à sa raison d’être et de toute façon, c’est la réalité donc soit on se crispe tout le long (ça va être encore plus douloureux et difficile à vivre), soit on respire et on se laisse porter par la vague, le Tsunami qui nous tombe dessus. L’important est qu’on ait toujours un toit sur la tête, de quoi manger et la santé, le reste n’est qu’accessoire et sera surmontable.

 

2.     Accepter l’émotion du moment pour mieux l’évacuer. Trouver des moyens sains et sécures de l’exprimer sans blesser qui que ce soit même psychologiquement parlant. On ne doit pas taper sur les gens pour extérioriser sa colère, non, non !! Par contre, rien n’empêche d’écouter Fuck You de Lily Allen et de s’imaginer la personne en face ou une musique un peu plus dure pour pleurer ou crier un bon coup en musique et mettre tout son corps à contribution en dansant (enfin, moi c’est mon trip … Ceux qui m’enquiquinent savent donc ce que je leur dis désormais … Mouarf, mouarf, mouarf !!). A toi de jouer la créativité !! Trouve les musiques qui
te permettent d’évacuer tes émotions, de t’extérioriser !

 

3.     Chercher des solutions au problème.
Rien ne dure jamais sauf quand on ne cherche pas à s’extraire du problème … ça peut faire très peur parfois et ça n’a rien de confortable au début car on doit sortir de sa zone de confort parfois pour y parvenir, parfois même, on doit travailler sur ses croyances, ses émotions, son passé (oui le tien de parent pas celui de ton enfant …), ses peurs, etc …

 

4.     Parler, Ecouter et rassurer ses enfants sur ce qu’il se passe. Leur cacher un évènement même traumatisant est contreproductif ! En effet, cela peut avoir l’effet totalement inverse, celui-là même qu’on souhaitait éviter. Ton enfant peut croire qu’il a fait quelque chose de mal. Donc, plus on est clair sur ce qu’il se passe (en adaptant le discours aux capacités de l’enfant), plus l’enfant pourra mettre en place des stratégies pour s’adapter lui aussi à la situation nouvelle et repartir dans les apprentissages. Ainsi, tu lui démontres la confiance que tu as en ses capacités. Il n’est pas un être fragile qui va se briser, mais bien une personne qui peut vivre ça. Bien évidemment, il aura besoin de poser des questions, d’être soutenu mais, lui cacher les choses est une grave erreur même si ça ne le concerne en rien. Par exemple, si tu perds ton travail, si tu es rétrogradé(e), etc. Il a le droit de savoir car ton comportement à toi va changer et lui, il le verra voire le subira sans comprendre … Te voir pleurer est juste une preuve de ton humanité, de ta confiance en lui à pouvoir lui montrer tes émotions, tes défaillances … C’est un cadeau, pas un fardeau. C’est tellement bon quand ton loulou, te serre dans ses petits bras même si ce n’est pas le but ! Mais, on est humain ! En te donnant ce droit tu le lui donnes aussi !

 

5.     Se réorganiser au plus vite !
Moi, j’adore les gros agendas pour ça car je peux y écrire plein de choses, ils sont tellement gros, qu’on ne peut pas les oublier et j’y note absolument tous les RV (les miens, ceux de mes enfants, le perso, le pro, les WE de garde, les vacances avec et sans enfants, les fêtes, les anniv, etc). C’est en gros comme si je m’achetais un disque dur externe à mon cerveau pour l’année (une parade à tous ceux qui ont été étiqueté « étourdis »). Le mien est papier car il m’arrive d’oublier mon téléphone alors que ça, non ! en plus dedans, j’y mets aussi les ordonnances ou autres petits papiers importants qui doivent être transmis à une date donnée. Dessus, il y a plein de messages positifs et drôles, des couleurs, des stickers, bref tout ce qu’il faut pour se mettre dans la bonne humeur les jours où ça nous paraît impossible !

 

6.     Caler les obligations ou pauses, au moment où les enfants font leurs activités par exemple : les courses ou aller à la salle de sport, faire son footing ou écrire le prochain article/compte-rendu de réunion ou tout simplement s’octroyer son moment de lecture ou de méditation. Tu économiseras de l’essence et du temps et n’auras plus l’impression de perdre ton temps ou de ne plus en avoir pour toi !

 

7.     Chaque minute compte ! Ça rejoint un peu le point précédent mais là, où que tu sois, avec ou sans tes enfants. Tu peux prévoir de la lecture ou du travail, d’écouter un podcast ou une vidéo qui te fait du bien voire même t’accorder du temps à « larver » … Petit bout par petit bout, on finit par boucler tout un dossier ou se reposer !

 

8.     Prévoir ses menus à l’avance pour la semaine. Cela permet d’éviter le gaspillage, de ne pas perdre 2h à chaque préparation de repas et d’avoir généralement tout dans le frigo pour le faire.
Sans compter qu’on ne s’épuise plus au quotidien à se demander ce qu’il faut
faire. Il peut être utile de demander les menus aux cantines des enfants afin
d’adapter le repas du soir qui je le rappelle doit être léger et pas trop tardif (on évite donc les gros goûters !!).

 

9.     Trouver des voisins, des parents de copains de tes enfants qui pourraient te seconder en emmenant ou ramenant tes enfants d’une activité voire des cours … ça crée du lien aussi ! J’y ai eu, souvent recours et la dernière fois, ça m’a permis d’enregistrer une interview qui avait du mal à se faire à distance … Parfois, même embaucher quelqu’un peut s’avérer salvateur !!! Pour mon fils qui est toujours en situation de Handicap, j’ai le droit à un taxi. L’idéal aussi est de tenter de vivre dans un lieu qui te permettra aussi d’être le moins esclave possible de tes enfants, le lieu de vie est donc important à évaluer en termes de déplacements, de voisinage, d’ambiance, etc.1.       

 

10.      Se préserver un moment chaque jour pour prendre soin de soi mentalement (moi c’est la méditation) et physiquement (là pour le moment c’est la marche rapide quotidienne, le renforcement musculaire et la danse en cours par visio). Donc, oui, savoir être égoïste pour pouvoir donner de soi après et beaucoup, c’est important !!

Accepter l’émotion négative, c’est déjà la dépasser !

Si tu as besoin d’aide pour te réorganiser ou affronter un évènement qui chamboule ta Vie et celle de tes enfants, je peux t’aider !

 

Voilà, je crois qu’avec toutes ses astuces même la pire des rentrées va pouvoir bien se passer et puis, tu as des idées pour parer aux déraillements maintenant !!

 

 

Dis-moi, je suis curieuse de savoir quelle astuce te servira le plus ? Réponds-moi dans les commentaires ci-dessous.

 

Merci de m’avoir lu, de chercher des solutions, et de participer, ainsi, à un monde meilleur et pour entrer encore plus d’action, participe au mieux-être d’un de tes proches en lui partageant cet article !

A très bientôt !!

Aider son cerveau à positiver en période de stress

J’ai longtemps subi le stress, je le laissais s’immiscer en moi, et le sortais souvent sous forme de pétages de plombs devant mes enfants mais aussi au boulot. A tel point, que je devais casser quelque-chose pour me calmer !! J’avais l’impression de me transformer en monstre mais je ne savais pas comment réagir autrement …

Lire la suite »

Comprendre les pleurs de l’enfant pour le calmer

M’étant penchée largement sur la question avant que mes bébés n’atteignent la « phase d’opposition », lorsque mes petits chérubins y sont parvenus … J’étais, comme qui dirait, bien armée déjà !!! OUFFF !!!Mais, lorsqu’on a un BABI … C’est pour la vie ! Il restera intense, extrêmement sensible à absolument tout !! Pour autant, ce ne

Lire la suite »
Retour haut de page